"Gainsbourg ressuscité, bien fait pour sa gueule !" est né d’une demande du centre Culturel de Watermael-Boisfort désireux de rendre hommage à l’homme à tête de chou pour les 20 ans de sa disparition. Passionné par l’artiste depuis sa prime jeunesse, Pierre Lafleur ne s’est pas fait prié et s’est assuré le concours de 4 solides musiciens dont Fabian Beghin (qui assure les orchestrations) lui aussi, passionné de l’artiste. Et comme dirait Serge : "Ca va chauffer, bordel !"

Présentation

Accompagné de 4 musiciens talentueux tout aussi passionnés, Pierre Lafleur ressuscite durant 1h30 le beau Serge. L’idée de ce projet n’est pas de faire un récital « best of » des chansons de Gainsbourg ni de se lancer dans un « cover » ou un « tribute » où nous nous efforcerions de coller au plus prêt à l’original, mais bien de puiser dans une œuvre foisonnante les petites perles qu’il a confectionnées au gré des époques en développant notre propre style musical où les chansons célèbres côtoient les moins connues sans tomber dans les travers de l’élitisme (ni de l’éthylisme). Le répertoire se veut donc original et exigeant, mais aussi extrêmement ludique, rythmé, festif et « groovy » grâce, entre autres, aux orchestrations réappropriées qui ne trahiront en rien l’original. Difficile bien sûr de résumer 30 ans de carrière par le biais d’une vingtaine de chansons. Alors sans être didactique, le spectacle est émaillé de courts récits et d’anecdotes en lien avec les chansons interprétées (dans l’ordre chronologique) ou les époques dans lesquelles elles ont été écrites. En surprise également, une brève évocation qui tend à être fidèle à l’homme de scène…

Le p'tit barjo de Belgique

gainsbourg

"Adolescent, je faisais partie des fans inconditionnels de Gainsbourg. A tel point que, dès que l’occasion se présentait, je fonçais à Paris faire le pied de grue devant son hôtel particulier de la rue de Verneuil dans le 7ème arrondissement. J’étais systématiquement récompensé puisqu’à chaque fois je le rencontrais. Tant et si bien qu’à la troisième année de mes récurrentes visites, j’étais devenu pour lui un familier. Il m’appelait affectueusement « le p’tit barjo de Belgique ». En novembre 1990, tout juste 4 mois avant sa mort, je pus immortaliser l’une de ces fugitives et non moins intenses rencontres sur pellicule." - Pierre Lafleur

Distribution

concert gainsbourg

Pierre Lafleur : chant
Fabian Beghin : orgue, accordéon, flûte
Quentin Halloy : batterie, percussions
Pierre Mottet : contrebasse, basse
Nicolas Dechêne : guitares
Son : Cédric Alen
Création éclairage : Emmanuel Lecuona
Scénographie : Astrid Heunders

Extraits

Fiches techniques et présentations

L’affiche (PDF – 1.2 Mo)
FT Lights 24 circuits (PDF – 221.2 ko)
FT Lights 48 circuits (PDF – 220.5 ko)
Plan de feu 24 circuits (PDF – 305.7 ko)
Plan de feu 48 circuits (PDF – 560.2 ko)
Patch Gainsbourg (PDF – 21.1 ko)
Fiche technique Gainsbourg (conditions générales et son).pdf (PDF – 82 ko)
Plan de scène Gainsbourg (PDF – 231 ko)
Présentation (PDF – 1.7 Mo)

gainsbourg récital concert gainsbourg tribute  concert serge gainsbourg

Reportage et interviews

Gainsbourg par Pierre Lafleur
La toute bonne surprise de la journée. Sur scène, il ya un décor qui reproduit le 5 bis de l’avenue de Verneuil à Paris, antre légendaire du vieux Serge. Pierre Lafleur porte les célèbres tennis blanches chère à son idole. La ressemblance s’arrête là car, comme s’exclame une dame dans le public : « Il est beaucoup trop beau pour faire du Gainsbourg ! » Le groupe a fait le pari osé de ne pas proposer un tribute « copier-coller ». Ils nous ont offert une version un peu modernisée de Gainsbourg. Certes pas très éloignée de l’original mais habilement dépoussiérée. Ils piochent des morceaux dans les différents albums et en suivant l’ordre chronologique. Seconde originalité, il n’y a pas que des tubes, certains morceaux sont moins connus. Une jeune fille est invitée sur scène, joue le jeu, chante, enchante, tout cela se passe dans une grande bonne humeur. Pendant un solo des musiciens, le chanteur disparait pour réapparaitre métamorphosé en Gainsbarre : crado, échevelé, clope au bec. Tout est étudié jusqu’à la manière de tenir le paquet de clopes ! L’ambiance est géniale pour ce concert au concept très original, proposé par des musiciens talentueux qui nous ont fait partager, par leurs sourires, leur plaisir de jouer pour nous ! Laurence Demeulemeester (Best of Verviers)

 

Plus de vingt ans déjà que l’homme à la tête de chou a tiré sa révérence. Il y a eu les hommages, les émissions de télé et les longs articles de presse. Et puis, quelque part en Brabant Wallon, il est un fan absolu de Gainsbourg qui a décidé de faire les choses autrement.
Au fond, en face : un mur. Les briques et les tags sentent presque la Gitane, comme rue de Verneuil. On n’est pourtant pas dans le 7ème, au coeur de Saint-Germain-des-Prés. De toute façon, peu importe où l’on se trouve. Dès le début, on sait qu’on a raison d’être là. Car il ne faut pas être fan de Gainsbourg pour apprécier. Pierre Lafleur a une belle gueule et une belle voix. Sans caricature, avec une véritable admiration pour l’artiste, Pierre chante Gainsbourg. Et le raconte. C’est à la fois touchant et amusant, entraînant et émouvant. Car à côté des quelques célèbres mélodies gainsbouriennes (Le poinçonneur des lilas, Couleur Café , ..), il y a ces textes et ces musiques que l’on connaît moins. L’occasion de belles découvertes. Pour ne rien gâcher, les musiciens sont excellents. Un son un peu trop présent parfois, mais une impressionnante énergie ! Gainsbourg, clope au bec, aurait certainement apprécié… Anne Lombaerde (RTBF)


© 2016 Seabird by elemis - Rebuilt by agota.